Léon Woronꜩoff

Notes ponctuelles

Pré-ⅩⅨè ſiècle

L'“ſ” (U+017F) dit: “s long” (qui eſt la première minuſcule du “S”) eſt celui qui ſe trouve en début ou à l'intérieur des mot, l'“s” généralement utiliſé actuellement étant, au départ, l'“s final” (auſſi dit “s rond”).

Cette lettre eſt apparue vers la fin é ſiècle avec les autres lettres carolines (ſous le règne de Charlemagne). Durant le ſiècle qui ſuivi ſon apparition, il y eu l'“s final” qui, alors bien loin d'être un concurrent, ſervait de forme alternative dans les fins des mots, voire des phraſes. L'utiliſation de la lettre “ſ” à pratiquement diſparue entre la fin du ⅩⅧé ſiècle et le premier quart du ⅩⅨè ſiècle en typographie (excepté en Allemagne et, dans une moindre meſure, en Scandinavie), ſa diſparition (comme on peut ſ'en douter) à été plus lente dans l'écriture manuſcrite.

En tant que royaliſte et partiellement français (j'ai un arrière grand-père qui eſt Français de père et mère) et la diſparition en France du “ſ” ayant eu lieux entre 1782 et 1793, je ne peux que voir la généraliſation du “s final” que comme le déclin de la royauté et une marque du républicaniſme et de ſon “jacobiniſme”. Sérieuſement? Non, c'eſt en me documentant pour écrire ceci que j'ai fait ce rapprochement, hors, l'utiliſation du “ſ” dans mes notes ponctuelles date d'il y a un bon nombre de lunes (un nombre totalement indéterminé à vrai dire — je ſais juſte que j'ai voulu écrire le préſent article le 4 juillet 2018, mais j'ai à peine commencé le premier paragraphe avant d'avoir été interrompu et de mettre celui-ci de côté juſqu'à maintenant), mais ce n'eſt que ce 19 janvier 2019 que j'ai enfin fini de changer les “s” qui le demandais en “ſ” dans mes notes ponctuelles où ce changement n'avait encore été fait. Ce doit plutôt avoir à voir avec ma germanophilie (j'ai un demi-frère de père germanophone et, dans une moindre meſure, j'ai une arrière-arrière-arrière-grand-mère autrichienne de père et de mère — cependant un implexe chez ſes deſcendants fait que le taux d'hérédité de celle-ci eſt pratiquement comme ſi celle-ci était de la génération ſuivante, ce qui fait un taux d'hérédité de (tout auſſi pratiquement) la moitié de celui de mon taux d'hérédité français). Par ailleurs, ma paſſion pour la typographie et celle pour l'hiſtoire ſont certainement ce qui joue le plus grand rôle dans mon choix d'utiliſer ce caractère (que je rêve de faire revivre).

J'ai enviſagé la généraliſation de l'utiliſation du “ſ” au ſite voire à bon nombre de mes ſites et je l'enviſage toujours ſans être ſûr de quoi que ce ſoit à ce ſujet.

Différentes règles d'utiliſation ayant exiſté au cours du temps, j'ai fait ſelon ce qui me ſemblait le plus cohérent: l'“s final” pour la fin des mots et l'“ſ” partout ailleurs, à noter que pour “ſ'”, l'apoſtrophe fait partie du mot (puiſqu'il ſ'agit de l'éliſion d'une autre lettre), ce qui fait que cet “ſ” ne fini le mot.

Et les ligatures…

Il y a quelques lune (je ne ſais plus très bien quand non plus, mais c'eſt plus récent), j'ai carrément expérimenté au niveau typographique, en effet, j'ai programmé dans le moteur de rendu de mes notes ponctuelles un remplacement de bon nombre de lettres par un maximum de ligatures utiliſées en Unicode, ce qui rend la lecture difficile (et poſe même parfois des problèmes d'affichage que j'eſpère régler un jour). Bien ſûr, l'automatiſation rend ceci facilement réverſible.

À ce moment là, des problèmes perſonnels m'ont pouſſé vers là (compliquer la lecture), mais c'eſt plus une fantaiſie qu'autre choſe et, ſi je penſe garder certaines ligatures (celles qui ſont traditionnelles en français), c'eſt plus temporaire qu'autre choſe (ces problèmes étant encore d'actualité, mais ſemblant être proche de leurs fins).

Pour ce qui eſt des problèmes d'affichage, je penſe me pencher ſur la queſtion lorſque j'utiliſerai un nombre raiſonnable de ligatures — ſoit celles qui ſont traditionnelles en français, comme je l'ai déjà préciſé.

Et, pour finir ſur le ſujet, j'ai en tête depuis quelques années l'idée de faire une police de caractères où toutes les lettres des mots ſeraient liées tel qu'elles le ſont par des ligatures, mais, étant donné la complexité de la miſe en place d'un tel projet et le beſoin d'une technologie encore peu développée, ce projet, ſ'il voit le jour, eſt au mieux un projet à moyen terme (et plus certainement un projet à long terme) et je n'ai aucune idée de ſon utiliſation concrète (même ſi je ſerais tenté de l'utiliſer dans mes notes ponctuelles dont le moteur de rendu qui m'eſt perſonnel me ſert en partie de laboratoire).

Des eſpaces wallons?

Il y a un autre changement typographique que j'enviſage, c' eſt d' utiliſer les eſpaces comme on le fait en wallon, en effet, les mots finiſſant avec une apoſtrophe ſont lié au mot ſuivant en français, hors, ce ſont des mots à part entière, c' eſt donc illogique, le wallon eſt bien plus logique en les ſéparant d'une eſpace du mot ſuivant, ce qui eſt le changement que j'enviſage dans un avenir qui pourrait, lui, être à cours terme (et qui eſt déjà effectif …pour ce paragraphe ſeulement, et ce, à titre indicatif).

Signaler une erreur

Pour me ſignaler les fautes (orthographe, grammaire, conjugaiſon, typographie, …) que je peux faire, veuillez me contacter plutôt que de faire un commentaire. Je vous en remercie d'avance.

Commentaire(s)

Il n'y a actuellement aucun commentaire.

Commenter

À lire au minimum avant d'envoyer un commentaire pour le faire en connaiſſance de cauſe: ce qui ſert de règlement d'ordre intérieur.

Envoyer un commentaire

Rétro-lien

Adreſſe de rétro-lien de ce billet (notez que certain moteur de journal extime informe d'une erreur comme par exemple le fait que cette adreſſe n'eſt nullement une adreſſe de rétro-lien, mais c'en eſt bien une et le rétro-lien ſe fait de toute façon).