Léon Woronꜩoff

Notes ponctuelles

Choix de catégories
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Bonjour le monde

Dernière miſe à jour

Vous trouverez ici mes notes ponctuelles, d' où le nom de cette page.

Elles ſont appelées à contenir des ſujets auſſi divers et variés que les ſujets ſur leſquels j' ai envie d' écrire.

Journal extime fait maiſon

N' arrivant plus à utiliſer la nouvelle verſion d' un moteur de journal extime (que d' aucun appelle: "cyber-carnet") bien connu, j' en ai créé un très rudimentaire qui ſ' étoffe avec le temps.

Je profite de cette page pour décrire ci-après le fonctionnement de celui-ci.

Impréciſion de certaines dates

Au départ de la création de ce moteur de journal extime, je voulais m' oppoſer au côté journaliſation d' un journal extime et donc, il n' y avait aucune date écrite. Pour les moyens techniques où j' avais beſoin de dates, je me baſais ſur la date du fichier. Dès lors, par manque de ſauvegardes ſuffiſement récurentes, il eſt des articles dont je n' ai aucune date de création, mais bien la date d' une miſe à jour (ce qui explique qu' il peut y avoir pluſieurs articles qui ſerait écrit le même jour, en fait, ils ont plus certainement été mis à jour le même jour alors que je n' ai retrouvé nulle date de création de l' article dans mes archives). Par ailleurs, il en eſt de même concernant la date de certains commentaires, le plus ſouvant, non ſeulement à cauſe de corrections, mais ſimplement parce les commentaires ultérieurs d' un même article ont changé la date du fichier, dans ce cas, je met plus ou moins arbitrairement une date au premiers commentaires (à vrai dire, je calcule, en diviſant par le nombre de commentaires entre la date de rédaction de l' article et la date du dernier commentaire).

Les commentaires

Vous êtes chez moi et je vous prie d' être reſpectueux tant envers ma perſonne qu' envers les autres commentateurs.

Certains commentaires pourrait entraîner une modification de l' article commenté et dès lors devenir inutiles, ils ne ſeront pour autant nullement effacés (ce qui peut entraîner certaines incompréhenſions, dès lors, je m' efforcerai de dire en commentaire quand un article à été modifié ſuite à un commentaire).

Afin de préſerver une certaine unité, je me réſerve le droit de modifier la forme de vos commentaires, mais en aucun cas le fond. Dès lors, je vous prie de ne vous offuſquez en rien de tels modifications.

Par exemple, ſi vous êtes français et utiliſez la typographie françaiſe, je vais ſimplement ajouter du code pour dire que c' eſt du français de france, mais ſi vous êtes belge comme moi et que vous utiliſez de la typographie françaiſe, je vais modifier votre commentaire pour qu' il reſpecte les normes typographiques belges. Ou encore, ſi vous ponctuez mal vos phraſes, je corrigerai cela.

Pour ceux qui ſavent ce que ça veut dire, les baliſes du langage de deſcription de donnée pour les pages hyperliées dans ſa verſion extenſible 5.0 ſont acceptées, mais aucun programmes de quelque langage que ce ſoit ne l' eſt.

Concernant le contenu des commentaires

Aucun de contenu illégal y compris ceux qui ne le ſont que pour une part de la population comme par exemple les mineurs d' âge n'eſt accepté (ce, au regard de la loi belge et, pour les commentateurs non belge, de la loi de leur propre pays).

Il m' arrive de faire le ménage

Si d' aventure quelqu' un ſe demandait où eſt paſſé tel ou tel article, ſachez qu' il m' arrive régulièrement de faire le ménage en archivant certaines notes ponctuelles. D' autres ſont retiré de votre vue et ſe retrouvent au côté de ceux non encore publié (ces derniers étant encore incomplet) afin d' êtres retravaillé.

Un défaut viſible

Je ſuis très mauvais en français écrit, j' ai d' ailleurs du mal à voir mes fautes. Je vais m' efforcer de me corriger un maximum que ce ſoit en me reliſant ou en utiliſant des correcteurs orthographiques et grammaticaux, voire en demandant de corriger à quelqu' un de très proche 😉, enfin, vous pouvez me contacter par courrier électronique en vue de me ſignaler quelque faute (ou erreur) que ce ſoit et je vous invite à le faire un maximum; pour autant, tout cela ne ſera certainement jamais ſuffiſant, dès lors, je m' excuſe par avance ſi mes fautes irrites vos yeux et vous prie d' être indulgent à ce ſujet.

D' un point de vue technique

Flux Atom

Cette page de notes ponctuelles contient un “flux de ſyndication” au format Atom 1.0.

La “ſyndication” eſt utiliſée pour être informé des miſes à jour de doſſiers de pages hyperliées ſans devoir conſulter ceux-ci. Afin de pouvoir conſulter un fil de ſyndication, il faut un logiciel prévu à cet effet; on appelle généralement ce type de logiciel un “agrégateur”.

Voici une liſte de quelques agrégateurs:

Anti-meſſages non ſollicités

Il y a un anti-meſſages non ſollicités très rudimentaire pour protéger cette page de notes ponctuelles.

D' une part, Il ſ' agit ſimplement de voir ſi un des mots contenus dans cette liſte de mots (alimentée par des mots choiſis dans les meſſages non ſollicités que je reçois) eſt préſent dans le meſſage, ſi c' eſt le cas, le meſſage n' eſt nullement envoyé et l' utiliſateur en eſt informé, ainſi, ſi c' eſt un humain, il pourra modifier ſon meſſage pour pouvoir envoyer celui-ci.

D' autre part, en analyſant de manière ſemi-automatique les meſſages non ſollicités que l' on eſſaye d' envoyer, je conſtitue également une liſte noire d' adreſſes réſeau. Si un utiliſateur eſt dans la liſte noire, un meſſage l' en informe tout en lui donnant ſon adreſſe réſeau afin de lui permettre de m' informer du fait que l' adreſſe réſeau bloquée n' eſt nullement utiliſée que par des envoyeurs de meſſages non ſollicités.

Une adreſſe réſeau eſt ſoit une ſuite de 4 nombres ſéparés par le ſigne “.”, nombres conſtitués de 1 à 3 chiffres pour la verſion 4 de ce protocole, ſoit une ſuite de 8 nombres ſéparés par le ſigne “:” nombres conſtitués de 4 chiffres hexadécimaux (chiffres allant de 0 à f) pour ſa verſion 6. Il exiſte deux manière d' obtenir une adreſſe réſeau, à ſavoir “fixe” et “dynamique”. Si vous ne ſavez de quel type eſt la vôtre, elle doit être dynamique; dans ce cas, elle eſt changée régulièrement par votre Fourniſſeur d' Accès à Internet (lors du démarrage de votre ordinateur ainſi qu' au bout d' un certain temps de connexion).

Si par haſard votre adreſſe réſeau eſt bloquée à tord et bien, ſoit vous attendez d' avoir une nouvelle adreſſe réſeau, ſoit prévenez-moi par courrier électronique en m' informant du fait que cette adreſſe réſeau n' eſt nullement utiliſée que par des envoyeurs de meſſages non ſollicités (ce, en préciſant l' adreſſe réſeau du meſſage qui a été bloquée à tord).

Si votre adreſſe réſeau eſt fixe et qu' elle eſt bloquée à tord, je vous conſeille fortement d' en informer votre fourniſſeur d' accès à internet et de lui demander de changer celle-ci, car il y a beaucoup de chances qu' elle ſoit bloquée par tout un tas d' anti-meſſages non ſollicités. Par ailleurs, il ſerait bon de chercher pourquoi cette adreſſe réſeau eſt ſur liſte noir (virus, récupération d' une adreſſe réſeau précédement dynamique ou autres raiſons).

Article à retardement

La publication des articles ſur la page d' index des notes ponctuelles eſt retardée d' une heure (à compter de la date de dernière modification de ceux-ci), ce qui me permet de les corriger tranquillement. Les pages individuelles des articles ne ſont nullement affectées afin d' une part de n' avoir aucune diſcontinuité dans leurs diſponibilités et d' autre part d' avoir une poſſibilité d' affichage des articles d' une grande ſimplicité pour pouvoir les corriger. Le fil de ſyndication Atom 1.0 retarde également la publication des articles d' une heure.

Choix des articles par catégories

Le choix des catégories pour les articles eſt géré par un formulaire à choix multiple (ce qui eſt la meilleurs façon de procéder pour un moteur de journal extime dans le cadre du choix de catégories et je n' ai jamais vu d' autres moteur de journal extime ou autre geſtionnaire de contenu faire de la ſorte, ils ont bien tord!).

Rétro-lien

Un “rétro-lien” eſt un moyen (technique) de communiquer entre deux journaux extimes par langage de programmation côté ſerveur et communiquant via le langage à éléments étendu dont le but (concret) eſt de faire un commentaire (appelé rétro-lien et d' ordinaire ſéparé des commentaires ordinaires) qui n' a pour fonction que de ſignaler dans un article qu' une réponſe à cet article à été formulée dans un article, ſur le journal extime de l' auteur.

Dans ma volonté d' étoffer le moteur de ce journal extime, j' y ai ajouté un geſtionnaire de rétro-lien.

Malgré mes effort pour ne plus que cela arrive, alors que le rétro-lien ſe fait, une erreur apparaît ſur au moins un moteur de journal extime que j' ai utiliſé à des fins d' eſſais, le meſſage d' erreur prétendant que le lien de rétro-lien n' en eſt un. Puiſque ça marche malgré cet affichage d' erreur et que je n' ai aucune idée d' où cela vient, j' ai laiſſé les choſes tel quel et ai ſupprimé ce moteur de journal extime qui ne ſervait que pour ces eſſais.

Il y a également eu un problème de pare-feu que j' ai finalement réglé, il fallait ajouter l' agent utiliſateur dans les méta-données envoyées au ſerveur (encore merci à Kenny de Domaine Public).

Frimouſſes

Il y avait un petit geſtionnaire de frimouſſes en caractères Unicodes et précédemment en image.

Je vous invite à utiliſer les frimouſſes en carractères Unicodes, comme par exemple: ☺, 😃, 😀, 😉, 😛, 😜, 😗, 😴, ☹, 😢, 😖, 😕, 😐, 😯, 😮, 😲, 😠, …

Si vous utiliſez des ſuites de caractères à cet effet, votre commentaire ſera modifié, voire cenſuré, ne fuſſe qu' en partie (bon, au début, je vais être gentil, mais c' eſt à vous de faire l' effort de paſſer aux caractères Unicodes pour les frimouſſes, donc, ſi ſyſtématiquement je dois paſſer derrière vous, je riſque de perdre patience…).

Certains caractères Unicodes pourraient avoir des problèmes d' affichage, en effet, les polices de caractères ſont ſouvent un peu en retard dans l' ajout de nouveau caractères Unicode et certaines frimouſſes qui était en image ont été remplacé par des caractères Unicode qui ſemble un peu trop récent pour certaines polices de caractères.

Pré-ⅩⅨè ſiècle

L' “ſ” (U+017F) dit: “s long” (qui eſt la première minuſcule du “S”) eſt celui qui ſe trouve en début ou à l' intérieur des mot, l' “s” généralement utiliſé actuellement étant, au départ, l' “s final” (auſſi dit “s rond”).

Cette lettre eſt apparue vers la fin é ſiècle avec les autres lettres carolines (ſous le règne de Charlemagne). Durant le ſiècle qui ſuivi ſon apparition, il y eu l' “s final” qui, alors bien loin d' être un concurrent, ſervait de forme alternative dans les fins des mots, voire des phraſes. L' utiliſation de la lettre “ſ” à pratiquement diſparue entre la fin du ⅩⅧé ſiècle et le premier quart du ⅩⅨè ſiècle en typographie (excepté en Allemagne et, dans une moindre meſure, en Scandinavie), ſa diſparition (comme on peut ſ' en douter) à été plus lente dans l' écriture manuſcrite.

Ma paſſion pour la typographie et pour l' hiſtoire ſont certainement ce qui joue le plus grand rôle dans mon choix d' utiliſer ce caractère (que je rêve de faire revivre).

J' ai même généraliſé l' utiliſation du “ſ” au ſite.

Différentes règles d' utiliſation ayant exiſté au cours du temps, j' ai fait ſelon ce qui me ſemblait le plus cohérent: l' “s final” pour la fin des mots et l' “ſ” partout ailleurs, à noter que pour “ſ'”, l' apoſtrophe fait partie du mot (puiſqu' il ſ' agit de l' éliſion d' une autre lettre), ce qui fait que cet “ſ” ne fini le mot.

Par ailleurs, après avoir expérimenté énormément de ligatures, j' en ai gardé certaines (les traditionnels “ff”, “ffi”, “ffl”, “fi”, “fl” et “ſt” ainsi que les germaniques “Ꜩ” et “ꜩ” du fait de leur emploi dans mon nom).

Il y a un autre changement typographique: utiliſer les eſpaces comme on le fait en wallon, en effet, les mots finiſſant avec une apoſtrophe ſont lié au mot ſuivant en français, hors, ce ſont des mots à part entière, c' eſt donc illogique, le wallon eſt bien plus logique en les ſéparant d' une eſpace du mot ſuivant.

Voir le(s) commentaire(s) voire commenter.

Vous attendez un merci?

Dernière miſe à jour

Un acte altruiſte eſt, en principe, fait ſans rien attendre en retour.

Alors, pourquoi autant de gens ſe plaignent qu' on ne leur diſe: "merci"?

Parce que cela fait partie de la politeſſe de baſe, dès lors, ſ' en plaindre eſt éducatif (ou un moyen de faire remarquer à des gens mal éduqué qu' ils le ſont.

Un “merci” eſt éminemment ſympathique et toujours appréciable, mais ſ' il n' eſt en rien ſincère, il eſt inutile, pire, il fauſſe le dialogue, alors, ſi quelqu' un n' a aucunement envie de dire merci, c' eſt un moindre mal.

Voir le(s) commentaire(s) voire commenter.

Quand baliſer correctement aide à la compréhenſion

Dernière miſe à jour

À mon humble avis, les gens qui rédigent des pages hyperliées qui ont l' habitude d' écrire des abréviations ſans les baliſer correctement devraient faire un effort…

En, au moins, ſix ans ſur l' inter-réſeau, je me ſuis toujours demander ce que voulais dire "amha" (ſans vraiment prendre la peine de chercher une réponſe à cette queſtion, je l' avoue) et, durant ces 6 ans, je n' ai jamais vu que quelqu' un ai pris la peine d' écrire <abbr title="À Mon Humble Avis">ÀMHA</abbr>. J' ai dû utiliſer un moteur de recherche pour trouver la ſignification de ce mot dont je ne me doutais nullement qu' il ſ' agiſſait d' un ſigle.

J' avoue ma fainéantiſe qui, tout ce temps, m' a fait paſſer outre ce "mot", le reſte de la phraſe étant forcément toujours compréhenſible, mais, il n' empêche que je ſuis à chaque fois paſſé à côté du côté ſubjectif de la phraſe, alors, de grâce, ſi vous écrivez une page hyperliée, faites un effort, ne préſumé jamais des connaiſſances de vos lecteurs et baliſé correctement chaque et abréviations de vos pages, il y va de leur liſibilité!

Conclusion

Je penſe que le problème eſt avant tout l' utiliſation d' abréviations et autres ſigles, franchement, les quelques ſecondes économiſé par abréviations ne changerons pratiquement rien à votre vie.

J' ai même l' impreſſion que c' eſt une maladie moderne que d' abſolument chercher des abréviations au moindre nom de programme, à la moindre aſſociation ou que ſais-je encore.

Les abréviations en ſoi déſervent la liſibilité, il faut refuſer cette pratique!

Commenter.

Convertiſſeur en nombre romain

Dernière miſe à jour

J' ai fait un convertiſſeur baſique de nombre en chiffres arabes en nombre en chiffres romains, et ce, en langage (Page de l' Inter-Réſeau) Perſonnelle: pré-proceſſeur hypertexte (traduction libre). Il faudrait le compléter et il y a certainement moyen d' optimiſer le code, mais au moins cela a le mérite d' être fait (quoi que, cela exiſte peut-être déjà).

Lorſque j' ai écrit ce code, je croyais que les chiffres romains était limités au nombre entier entre 1 et 4999, hors, les chiffres romains ont évolué avec le temps et il eſt poſſible d' aller à des chiffres bien plus grand. Lorſque j' aurai le temps, je compléterai ce programme pour pouvoir avoir un choix de chiffres le plus large poſſible. L' écriture des chiffres à auſſi évolué, je penſe donc faire en ſorte de donner le choix entre pluſieurs écriture de ces chiffres en fonction de l' hiſtoire de ces chiffres.

Voici la baſe de ce programme (notez que je programme et commente en anglais par principe):

<?php $number=1; // The number to tranſlate in roman number. if($number>0 && $number<5000 && is_numeric($number)) { // There are only number in roman between 1 and 4999. $number="{$number}"; // The number muſt be a ſtring to be handled. while($number!="") { // The loops end when there are no more digits /* Setting of units roman numeral: */ if(strlen($number)==1) { switch($number{0}) { case "0": $roman_numeral=""; // As nothing is written when the laſt digit is 0, the numaral that will be added is nothing. break; case "1": $roman_numeral="Ⅰ"; break; case "2": $roman_numeral="Ⅱ"; break; case "3": $roman_numeral="Ⅲ"; break; case "4": $roman_numeral="Ⅳ"; break; case "5": $roman_numeral="Ⅴ"; break; case "6": $roman_numeral="Ⅵ"; break; case "7": $roman_numeral="Ⅶ"; break; case "8": $roman_numeral="Ⅷ"; break; case "9": $roman_numeral="Ⅸ"; break; } } /* Setting of tens roman numeral: */ elseif(strlen($number)==2) { /* As there are ſome Roman characters for 11 and 12, if the tens are one of them, the numeral is replaced by one of thoſe character and one digit is removed to the number, ſo, the loops will end before replacing the units elſe the tens are replaced normaly: */ if($number=="11") { $roman_numeral="Ⅺ"; $number=substr($number,1); } elseif($number=="12") { $roman_numeral="Ⅻ"; $number=substr($number,1); } else { switch($number{0}) { case "0": $roman_numeral=""; break; case "1": $roman_numeral="Ⅹ"; break; case "2": $roman_numeral="ⅩⅩ"; break; case "3": $roman_numeral="ⅩⅩⅩ"; break; case "4": $roman_numeral="ⅩⅬ"; break; case "5": $roman_numeral="Ⅼ"; break; case "6": $roman_numeral="ⅬⅩ"; break; case "7": $roman_numeral="ⅬⅩⅩ"; break; case "8": $roman_numeral="ⅬⅩⅩⅩ"; break; case "9": $roman_numeral="ⅩⅭ"; break; } } } /* Setting of hundreds roman numeral: */ elseif(strlen($number)==3) { switch($number{0}) { case "0": $roman_numeral=""; break; case "1": $roman_numeral="Ⅽ"; break; case "2": $roman_numeral="ⅭⅭ"; break; case "3": $roman_numeral="ⅭⅭⅭ"; break; case "4": $roman_numeral="ⅭⅮ"; break; case "5": $roman_numeral="Ⅾ"; break; case "6": $roman_numeral="ⅮⅭ"; break; case "7": $roman_numeral="ⅮⅭⅭ"; break; case "8": $roman_numeral="ⅮⅭⅭⅭ"; break; case "9": $roman_numeral="ⅭⅯ"; break; } } /* Setting of thouſands roman numeral: */ elseif(strlen($number)==4) { switch($number{0}) { case "0": $roman_numeral=""; break; case "1": $roman_numeral="Ⅿ"; break; case "2": $roman_numeral="ⅯⅯ"; break; case "3": $roman_numeral="ⅯⅯⅯ"; break; case "4": $roman_numeral="ⅯⅯⅯⅯ"; break; } } /* Adding of the numeral roman ſet to the roman number: */ if(isset($roman_number)) { $roman_number.=$roman_numeral; } else { $roman_number=$roman_numeral; } $number=substr($number,1); // digit added to the roman number removed. } echo $roman_number; } else { echo "The number is under 1 or over 4999 or it is not an integer, ſo, it cannot be tranſlated in roman number"; } ?>

J' ai amélioré ce programme en le liant à un formulaire, j' ai décidé de ne prendre le temps d' expliquer cette amélioration (d' où le fait qu' il n' y a que la baſe de ce programme), vous pouvez donc eſſayer mon convertiſſeur en chiffre romain ou eſſayer vous-même le code en remplaçant le "1" dans la première ligne du code par ce que vous voulez.

Si vous avez des idées pour améliorer, vous pouvez les propoſer. Bien ſûr, quand j' améliorerais d' une manière ou d' une autre, j' éditerais ce billet (ce que j' ai fait dans une précédante miſe à jour, principalement pour remplacer is_int par is_numeric afin que cela marche ſi on paſſe la valeur par un formulaire).

Par la ſuite, lors de la dernière réouverture de ce journal extime, j' ai conſtaté un problème que j' ai réglé. Celui-ci eſt certainement apparu lors d' un changement de verſion du langage de programmation ſuſmentionné.

Commenter.

Copie du texte alternatif

Dernière miſe à jour

"Voici une image à copier/coller".

En ſélectionnant la phraſe entre guillemet ci-deſſus (dont le mot image eſt une image avec comme texte alternatif le mot "image") et en le copiant/collant, le mot image ſera, ſelon votre navigateur (graphique), compris dans le texte copié/collé ou non.

De mon point de vue, le fait que le texte alternatif ſoit également copié eſt un ſigne que le navigateur eſt bien peaufiné.

Commenter.

Impreſſion et formulaire

Dernière miſe à jour

J' ai décidé de ſupprimer les formulaires dans la feuille de ſtyle pour l' impreſſion conſidérant que les informations qui y figuraient paraſitaient les pages dans leſquels elles ſe trouvent dans le cas d' une impreſſion de ces pages.

Ce n' eſt qu' à appliquer au cas par cas, en effet, il peut y avoir un formulaire d' inſcription à des activités d' un ſite qui contient un enſemble d' informations intéreſſante à imprimer. Donc, ſi vous trouvez que c' eſt une bonne idée de ſupprimer les formulaires pour l' impreſſion, vérifiez bien qu' il n' y ait aucune informations pouvant être intéreſſante ſur papier dans chacun des formulaires de vos ſites. Bien ſûr, vous pouvez faire des feuilles de ſtyle ſpécifique à chaque page ou ne ſupprimer que certaines parties de formulaire (a priori, les baliſes textarea et input dont le type eſt text, password ou submit ſont rarement intéreſſants à imprimer, contrairement notamment aux baliſes input dont le type eſt checkbox ou radio par exemple), dans ce cas, penſez bien ce que vous faites, car un formulaire partiel peut être incohérent. Il eſt auſſi poſſible de mettre des attributs class aux parties de formulaire qu' il ne faut imprimer et faire en ſorte que les éléments qui contiennent cette class ne ſ' affichent nullement avec la feuille de ſtyle d' impreſſion.

Commenter.

Autre option

Dernière miſe à jour

N' avez-vous jamais vu une ſélection dans un formulaire qui manque d' options et vous fruſtre de ne pouvoir ajouter l' option qui manque ſelon vous? Et bien, pour peu que l' on ſ' en donne la peine, il eſt tout à fait poſſible de donner la poſſibilité à l' utiliſateur d' ajouter une option. Je l' ai fait dans un exemple en alliant le Langage à Éléments Hypertexte Étendu 1.0 (page en anglais), (Page de l' Inter-Réſeau) Perſonnelle: Pré-Proceſſeur hypertexte (traduction libre) et en langage de programmation de l' aſſociation européenne pour la ſtandardiſation des ſyſtèmes d' information et de communication (page en anglais) non-intruſif. Voici tout d' abord le code en Langage à Éléments Hypertexte Étendu / (Page de l' Inter-Réſeau) Perſonnelle: Pré-Proceſſeur hypertexte (le fichier eſt nommé form.php):

<?php if(isset($_POST["selection"]) && $_POST["selection"]=="other") { $_POST["selection"]=$_POST["othertext"]; } echo'<?xml version="1.0" encoding="UTF-8" ?>'."\n"; ?> <!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Strict//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-strict.dtd"> <html xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml" lang="en" xml:lang="en"> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> <meta http-equiv="Content-Script-Type" content="text/javascript" /> <script type="text/javascript" src="form.js"></script> <title>Form teſt</title> </head> <body> <h1>Form teſt</h1> <?php if (isset($_POST["selection"])) { echo" <p>You choſed: ".$_POST["selection"]."</p>\n"; } ?> <form method="post" action="form.php" enctype="multipart/form-data" accept="text/plain" id="theform"> <fieldset> <legend>The teſt</legend> <p> <label for="selection">Choſe</label>: <select id="selection" name="selection"> <optgroup label="Choices"> <option value="option1">Option 1</option> <option value="option2">Option 2</option> <option value="other">Other (write it)</option> </optgroup> </select> <span id="ifother"> <label for="othertext">Other</label>: <input type="text" name="othertext" id="othertext" /> </span> <input type="submit" value="Teſt" /> </p> </fieldset> </form> </body> </html>

Bon, la baliſe span, c' eſt loin d' être bien, mais c' eſt plus ſimple que de chercher après la bonne baliſe label en langage de programmation de l' aſſociation européenne pour la ſtandardiſation des ſyſtèmes d' information et de communication.

Maintenant, le langage de programmation de l' aſſociation européenne pour la ſtandardiſation des ſyſtèmes d' information et de communication (le fichier eſt nommé form.js):

function hideshowother() { if(document.getElementById("selection").value=="other") { document.getElementById("ifother").style.display="inline"; } else { document.getElementById("ifother").style.display="none"; } } function testselection() { document.getElementById("ifother").style.display="none"; document.getElementById("selection").onchange=hideshowother; } window.onload=testselection;

J' ai utiliſé onchange parce qu' il ſemblait ſuffiſant dans les navigateurs où j' ai eſſayé cela, mais il eſt peut-être des navigateurs où il faut ajouter le même code avec onclic ou onfocus (quant à onmouseover, il entraîne un comportement bizarre, tout du moins avec un des navigateurs eſſayé). Je n' ai rien commenté (je le ferais peut-être un jour), pour réſumer, en Langage à Éléments Hypertexte Étendu, le formulaire contient une ſélection avec les options et, en dernier, une option identifiée comme "autre" ainſi qu' un champ texte où l' on peut écrire l' autre option, le langage de programmation côté ſerveur ne fait que mettre en lien l' option "autre" et le champ texte et enfin, langage de programmation côté client cache le champ texte et ſi l' on change d' option dans la ſélection, il vérifie ſi l' on choiſit "autre" et ſi c' eſt le cas, il affiche le champ texte, ſinon, il le cache.

Vous pouvez eſſayer form.php en conjonction avec form.js.

Commenter.

Sections hiérarchiques

Dernière miſe à jour

Il peut arriver qu' une partie d' un document n' appartienne en rien à la ſection hiérarchique dans laquelle elle ſe trouve. Par exemple, un poſt-ſcriptum ſuivant un titre de deuxième niveau, ſémantiquement, il eſt alors cenſé concerner ce niveau alors qu' il devrait n' être en lien avec aucune partie particulière du document. Dans ce cas, il faut iſoler la hiérarchie de titre en entourant chacun niveau hiérarchique d' éléments section, ainſi, le poſt-ſcriptum n' eſt plus concerné par la hiérarchie de titre et concerne toute la page.

À vrai dire, j' avais déjà réfléchi à la queſtion et décidé d' entourer chaque partie de hiérarchie de ces baliſes, puis, pratiquement, j' ai trouvé ça ennuyant à la longue et j' avais même un peu oublié pourquoi je faiſais ça, j' ai donc laiſſé tombé, mais en y repenſant, il me ſemble que c' eſt une bonne pratique, d' autant plus ſi l' on indente à chaque section, ça permet d' avoir une certaine vue de la hiérarchie.

Ceci-dis, j' ai ſouvenir d' avoir mal appliqué ce précepte (certainement parce que j' avais oublié pourquoi je faiſais cela), en effet, à chaque nouveau niveau de hiérarchie, je fermais ce qui était alors un élément div, or il ne faut le fermer que quand la ſection hiérarchique eſt finie, c' eſt-à-dire après toutes hiérarchies ſubalternes.

Enfin, un exemple (autre que celui du poſt-ſcriptum quoi que l' idée ſoit ſemblable):

<body> <section> <h1>Lézards</h1> <section> <h2>Caméléon</h2> <p>Ces couleurs peuvent changer.</p> </section> <section> <h2>Dragon de Komodo</h2> <p>Il tue ſes proies en les mordant, les bactéries dans ſa bouche étant mortelles.</p> </section> </section> <section> <p>La ſalamandre, bien que reſſemblant aux lézards eſt un amphibien et non un reptile.</p> </section> </body>

Commenter.

Trop peu de clefs publiques

Il y a 368=2821109907 poſſibilités de nom de clef publique d' “aſſez bonne confidentialité ouverte” (traduction libre).

Si ſeul une petite partie de l' humanité utiliſe ce type de clef (ce qui eſt dommage), d' une part, ils en uſent et abuſe (j' ai perſonnellement déjà utiliſé et révoqué quelques clefs), d' autre part, elles ſont quaſi ſyſtématiquement utiliſées dans le monde des logiciels libres pour bon nombre de choſes (par exemple, les dépôts de paquet qui ont chacun leurs propres clefs). Dès lors, je crains que ces preſque 3 milliard de clef diſponible ne ſuffirons aucunement. En doublant le nombre de caractères, on arrive à 3616=795866111×1016 (preſque 8 milliards de milliards), ſoit largement aſſez. Je m' étonne donc que l' on ait opté pour 8 caractères au lieux de 16 dès le départ.

Commenter.

Au ſujet de l' élément titre

Dernière miſe à jour

Je n' y ai jamais penſé avant mais concernant la queſtion: "faut-il mettre le titre du ſite avant le titre de la page dans l' élément titre (puis qu' il eſt préférable de mettre les deux)? Je me ſuis d' abord poſitionné dans l' optique du titre de la page avant, afin que l' on puiſſe voir la différence d' un onglet à l' autre, d' autant plus que l' icône de favori permet d' identifier le ſite viſuellement.

Mais, maintenant, je me dis que le problème eſt que, lorſqu' on enregiſtre pluſieurs documents de pluſieurs ſite dans un même doſſier, afin que tout ne ſoit mélanger, il eſt mieux de mettre le titre du ſite d' abord.

Je conſtate en ne regardant que dans le navigateur que j' utiliſe actuellement qu' il y a 7 lettres définiſſant l' onglet (lorſqu' il y a beaucoup d' onglet), l' idéal eſt donc d' avoir un titre de ſite cours, de maximum 5 lettres afin de laiſſer la place pour un eſpace et le titre de la page, le mieux étant 4 lettres, deux points, un eſpace et le titre de la page. Pour ce ſite, étant donné la longueur de mon nom, c' eſt raté 😉. En tout cas, pour tout document deſtiné au téléchargement, il eſt beaucoup mieux de commencé par le nom du ſite.

Bref, rien n' eſt idéal, et je n' ai maintenant plus de réponſe catégorique (d' autant plus qu' être auſſi limité en lettre, c' eſt vraiment inciter à abrévier et qui eſt problématique d' après moi) il faudrait voir ſ' il eſt poſſible de ſuggérer un titre de fichier différent du titre de la page lors de l' enregiſtrement de celle-ci par un navigateur (je doute que ce ſoit poſſible).

Commenter.

Quelques définitions, …

Dernière miſe à jour

Parce que: “Mal nommer un objet, c' eſt ajouter au malheur de ce monde”, compte rendu de l' ouvrage de , “Recherches ſur la nature et la fonction du langage, in Poéſie 44, numéro 17, page 22 d' , cette page-ci raſſemble des mots avec (rarement leur prononciation), leur étymologie et leur définition (il n' y a, parfois, que des préciſions):

Commenter.

Conſeils ſi vous utiliſez des polices de caractères ſur vos ſites

Dernière miſe à jour

Tout d' abord, choiſiſſez bien vos polices de caractères, en effet, chacune doit idéalement:

Voici un morceau de code de feuille de ſtyle en caſcade illuſtratif:

@font-face { font-family: "freesans"; src: local("FreeSans"), url("free_sans.woff") format("woff"); }

Et, ailleurs dans votre feuille de ſtyle, là où vous voulez utiliſer la police de caractères, par exemple pour l' élément body:

body { font-family: "freesans"; }

Bien ſûr, il faut que le fichier de la police (dans cette illuſtration: free_sans.woff) ſoit ſur votre ſerveur dans le répertoire que vous indiquez (ici, dans le même répertoire que la feuille de ſtyle puiſqu' aucun répertoir n' eſt indiqué).

Utiliſer local() permet de charger la police de caractères plus vite ſi elle eſt inſtallé en local. Par ailleurs, il faut ſavoir que mettre format() avant url() poſe problème à certains navigateurs!

D' autre part, n' utiliſez jamais des polices autre que celles dont l' extenſion eſt .eot pour le format opentype, .ttf pour le format truetype et .woff ou .woff2 pour les woff et woff2. Certains navigateurs conſidèrent tout l' attribut src comme erroné ſi l' on utiliſe un autre format.

J' ai, par exemple, confondu l' extenſion .otf et .eot qui ſont tout les deux du format opentype, mais ſeul la ſeconde eſt prévue pour être utiliſé avec un navigateur.

J' ajoute le conſeil ſuivant: après avoir eſſayé le nom local() de la police de caractères, déſinſtallez là, ainſi, non ſeulement vous pouvez réellement eſſayé url() mais, ſurtout, lorſque vous reviendrez deſſus pour une raiſon ou une autre, vous ſerez dans les mêmes conditions qu' un utiliſateur n' ayant aucune des polices que vous utiliſez.

Ajouter une police de caractères de remplacement

Si vous voulez utiliſer une police de caractères qui contient peu de caractères et que vous avez une autre police de caractères ſuffiſamment proche que pour combler les vides, il ſuffit d' utiliſer le code ſuivant:

@font-face { font-family: "Agnès"; src: local("Agnès"), url("agnes_regular.woff") format("woff"); } @font-face { font-family: "freesans"; src: local("FreeSans"), url("free_sans.woff") format("woff"); }

Et dans le reſte de la feuille de ſtyle (je reprends l' exemple de l' élément body):

body { font-family: "Agnès", "freesans"; }

Ainſi à chaque fois qu' il y a un caractère qui manque dans la première police de caractère, la deuxième police de caractères eſt utiliſée pour afficher chaque caractère manquant. Vous pouvez même utiliſer pluſieurs polices de caractères, à chaque fois plus complètes ſi jamais la police de caractère la plus complète et trop différente de la première que vous utiliſez.

Attention que le remplacement de caractère ne ſ' opère que ſi la première police de caractère n' a rien rempli pour le caractère en queſtion, hors, il arrive, hélas ſouvent, que les créateurs de polices de caractères laiſſent des blancs (plus ou moins long) ou leur logo ſur certains caractères qui devraient contenir des lettres, dès lors, le navigateur conſidère que le caractère exiſte dans la police en queſtion et affiche le blanc ou le logo au lieux de laiſſer la police ſuivante prendre le relet.

Si vous conſtatez un tel problème, il faut éditer la police de caractères (raiſon de plus pour en utiliſer une du domaine publique ou ſous licence libre) et ſupprimer tous ces blancs indéſirables (liſez bien la licence, en effet, même dans les polices de caractères ſous licence libre, il y a parfois quelques ſurpriſes, par exemple, la Summer Inſtitute of Linguiſtics Open Font Licenſe obligent à changer de nom lorſqu' on modifie une police de caractères ſous cette licence, dans ce cas, il faut connaître ſuffiſement les logiciels de modification de polices de caractères que pour bien changer le nom dans les méta-données et changer auſſi l' identifiant unique de la police de caractères; ce peut être aſſez facile à faire, mais ſans ſavoir qu' il faut changer de nom, on peut avoir des problèmes de légalité qui peuvent avoir des conſéquences financières tout bêtement parce que l' on n' a pris le temps de lire la licence).

Un autre avantage à utiliſer une police de caractères libre eſt que, ſ' il manque un caractère, vous pouvez facilement faire vous-même à l' aide d' un autre caractère exiſtant dans cette même police de caractères. Dans ce cas, vous pouvez envoyer la police modifiée au créateur qui utiliſera ou non votre (voire vos) nouveau(x) caractère(s) pour enrichir ſa police de caractère "officielle".

Je me demandais qu' eût eu-t-il d' utile et, de même, pour finir les phraſes qui finiſſent bien?

Certaines polices de caractères utiliſent les aires à uſage privé, ſoit des plages de chaques formes en Unicode — ſtandard déterminant l' ordre de codage des caractères utiliſés par chaques polices — réſervées au concepteurs de polices de caractères pour y mettre les caractères qu' ils veulent.

Ces aires à uſage privé ſont très utiles pour les caractères qui ne ſont prévus en Unicode. Par exemple — et cela cause un avertissement dans la vérification du langage de description de données utilisé car cela: “ne devrait être utilisé dans des documents échangés publiquement” —: “” (“Qu” dont le trait du “Q” majuſcule va en deſſous du “u”) eſt une ligature aſſez utiliſé et, pourtant, elle n' a jamais été ajouté à la norme Unicode.

Comme ces caractères ſont privé (et que donc, chaque créateur de police de caractères peut y mettre ce qu' il veut dans l' ordre qu' il veut), il eſt important de bien indiquer la police de caractères à utiliſer afin d' éviter quelque caractère inopportun que ce ſoi.

Il eſt tout auſſi important de mettre en place une alternative en cas de problème. Pour ſe faire, vous pouvez, par exemple, entourer le mot contenant un ou pluſieurs caractère(s) qui ſe trouve dans une aire à uſage privé d' un élément span avec l' attribut title contenant le mot avec des caractères dont vous êtes ſûr qu' ils ſont liſible (car à une poſition ſtandard). En voici un code illuſtratif:

<p class="qufont"><span title="“Qu' eût eu” voire “Qu”…">' eût eu</span>-t-il me demandais-je?</p>

Notez que ce code de Langage à Éléments Hypertextes n' affiche nullement le caractère “” dans ce morceau de code, car je préfère garder une certaine police de caractaire monoſpace pour le code et que celle-ci ne contient rien dans l' aire à uſage privé de la forme en Unicode que j' utiliſe, à la place, une ſorte de rectangle ſ' affiche (il eſt poſſible que votre navigateur affiche autre choſe; il faut d' ailleur ſe faire à l' idée, lorſqu' on utiliſe des caractères de l' air à uſage privé, que le caractère que l' on voit dans ſon éditeur de texte n' a, en général, rien voir avec le caractère que l' on utiliſe effectivement, puiſque ce logiciel utiliſe la police de caractère de ſon choix).

Pour parfaire cette exemple, utiliſez dans le code de votre feuille de ſtyle en caſcade la claſſe .qufont{} pour indiquer la police de votre choix contenant les caractères à uſage privé qui vous ſont utiles, ce en ſuivant les explications du début du préſent article.

Et pour finir (…la phraſe)

Il exiſte des polices de caractères avec des caractères alternatifs, les polices de caractères au format opentype ont même un mécaniſme pour paſſer d' une lettre à ſon alternative (c' eſt en cours de normaliſation pour le langage de préſentations de donnée en feuille de ſtyle en caſcade). C' eſt notament utiliſer pour avoir des caractères de fin de phraſe (voire de fin de mot) “élégant” comme montré dans l' exemple ſuivant — qui utiliſe la police de caractères intitulée: “Junicode” qui, à mon humble avis, eſt aſſez complète, il me ſemble même que je n' avais jamais vu certains des caractères qu' elle contient (par contre, elle utiliſe la Summer Inſtitute of Linguiſtics Open Font Licenſe évoquée plus haut, ceci étant, leurs concepteurs ſemble aſſez rigoureux, il n' y a donc aucun caractère blanc ou autre caractère intempeſtif). Voici donc un exemple et ſon illuſtration:

<p class="elegantending"><span title="Fin">Fi</span>.</p>

Fi.

Commenter.

Plöꜩlich in Walloniſch…

Cela fait longtemps que j' enviſage de le dire, mais il fallait éviter la diffamation alors que c' eſt quelque choſe de vrai mais qui eſt judiciairement nié parce que "habitant en France, il n' aurait pu commettre les faits chez ſa mère en Belgique" (ridicule, mais bon, c' eſt la juſtice belge, je n' oſerais affirmer que la franc-maçonnerie eſt à l' œuvre car je n' en ſais rien et que c' eſt peut-être un autre "réſeau" qui l' eſt, donc, je dis ça, mais je ne dis rien…), et, en ce ſoir (qui a quelque choſe de particulier pour moi), j' ai trouvé:

Frédéric Dubois, fils de Roſa (dit "Lucienne") De Mélis — certainement la ſource de la perverſion en queſtion et femme par remariage de WC (qui vaut à peine mieux) — eſt un mangeur de tartines aux enfants!

Commenter.

Aſtériſques (ſans obéliſques 😉)

Il me ſemble avoir déjà lu cela quelque part (et j' ai même un vague ſouvenir d' avoir écrit quelque choſe ſur le ſujet, à vérifier…), mais je l' avais depuis oublié pour le redécouvrir par moi-même par la pratique.

Donc, pour faire un aſtériſque, j' utiliſe, par habitude, un codage du Langage à Élément Hypertexte de ce genre:

"In principio creavit Deus cælum et terram<a href="#asterisk" id="origin">*</a>. Terra autem erat inanis et vacua, et tenebræ erant ſuper faciem abyſſi : et ſpiritus Dei ferebatur ſuper aquas." (…) <a href="#origin" id="asterisk">*</a>: Joannes dixit: "In principio erat Verbum,<br /> et Verbum erat apud Deum,<br /> et Deus erat Verbum."

Oui, fini de citer "De finibus bonorum et malorum" de Cicéron, il y a mieux à citer!

Le problème pour tout ſites agrégeant différents contenus, ce qui eſt le cas de mes notes ponctuelles, c' eſt qu' il ne peut, bien ſûr, y avoir qu' un ſeul identifiant unique ſur une même page, donc, ſi j' ai pluſieurs fois: id="asterisk" et un même nombre de fois id="origin", c' eſt une faute de codage (et c' eſt ingérable pour le navigateur, bien ſûr), dès lors, il faut que chaque article (même ſ' ils peuvent être des pages ſéparées) aient un identifiant unique, c' eſt évident, mais l' erreur, par habitude, eſt ſi vite arrivée qu' elle en eſt bien humaine.

Voici donc comment bien baliſer l' exemple ci-deſſus (avec l' ajout d' un contexte et en admettant qu' un code permet de changer la hiérarchie de titre en fonction du contexte):

<article id="vulgate_genesis_linked_to_joannes" lang="en"> <h1><span lang="la">Vulgate geneſis</span> linked to <span lang="la">Joannes</span></h1> <p lang="la">"In principio creavit Deus cælum et terram<a href="#asterisk_vulgate_genesis_linked_to_joannes" id="origin_vulgate_genesis_linked_to_joannes">*</a>. Terra autem erat inanis et vacua, et tenebræ erant ſuper faciem abyſſi : et ſpiritus Dei ferebatur ſuper aquas." (…)</p> <p>(…)</p> <p lang="la"><a href="#origin_vulgate_genesis_linked_to_joannes" id="asterisk_vulgate_genesis_linked_to_joannes">*</a>: Joannes dixit: "In principio erat Verbum,<br /> et Verbum erat apud Deum,<br /> et Deus erat Verbum."</p> </article>

Autrement dis, il ſuffit d' ajouter du texte dont on eſt ſûr qu' il eſt unique, me concernant, j' ai choiſi l' identifiant unique de chaque articles, comme ça, je ſuis ſûr qu' il eſt unique.

Bien ſûr, on peut auſſi faire des notes de bas de pages numérotées avec les appels correſpondants, mais il faut que le code ſuive (quitte à remplacer automatiquement la numérotation dans les pages agrégées de façon cohérente et à déplacer (tout auſſi automatiquement) à la fin de la page qui a agrégé les différents articles toutes les notes de bas de pages de chaque article en poſſédant). C' eſt tout de ſuite plus compliqué!

Commenter.

Liens externes

J' ai découvert par haſard external comme contenu de l' attribut rel et je me ſuis dis, mais quel bonne alternative à class="external" ou autres class permettant de ſtyler les liens externes. Je fais alors des recherches pour voir quel pourrait être, en dehors de la pure ſémantique et de cette utiliſation ſtyliſtique, l' utilité pratique de rel="external". Je me rend compte alors que external eſt remit en cauſe comme contenu de l' attribut rel au motif que certains eſprits tordus ſ' en ſervent pour ouvrir une nouvelle fenêtre, l' attribut target="_blank" étant devenu obſolète juſtement pour éviter ce genre de comportement et donc, ces eſprits tordus voulant un code valide mais avoir ce genre de comportement — c' eſt ça qui eſt tordu, ſ' il veulent un ſite fait à l' ancienne, qu' ils utiliſent un ancien type de document et ſ' ils veulent utiliſer également de nouvelles baliſes mais utiliſer un comportement obſolète alors qu' ils laiſſent tomber l' idée d' avoir des pages valide, c' eſt un choix, mais vouloir valider à tout prix au point d' en tordre ſon code, c' eſt n' importe quoi —, ils utiliſent un langage de programmation côté client pour ouvrir une nouvelle fenêtre pour les liens où l' élément a contient comme attribut rel="external". Par ailleurs, je ne trouve nul autres utilités pratiques, il n' y a donc aucune utilité directe, mais bien une utilité indirecte bonne mais diſpenſable (j' y reviendrai) et une mauvaiſe.

Rappelons qu' un élément ou un attribut d' un des langages à éléments hypertextes ne néceſſite aucune utilité immédiate (et encore moins d' avoir une utilité forcément directe), l' utilité peut toujours venir par la ſuite, un élément ou un attribut d' un tel langage permet de décrire pour un programme qui va l' interpréter le contenu en fonction de ces éléments et attributs, ſon but eſt donc, à la baſe, ſémantique; il n' eſt nullement queſtion d' en définir abſolument l' utilité, bien ſûr, les ſpécification définiſſent l' interprétation dans un navigateur, mais il y a par exemple l' élément meta avec l' attribut name="robots" dont l' attribut content peut contenir archive ou noarchive, index ou noindex et encore follow ou nofollow qui ne ſert en rien aux navigateur, mais bien aux moteurs de recherches.

À propos de nofollow, je me ſuis rappeler de toute la polémique au ſujet de rel="nofollow" inventé par de gros moteurs de recherches en vue de déprécier le claſſement de commentaire non déſiré ſur les “cyber-carnets” — comme on dit au Québec — (ces commentaires ayant uniquement pour but d' augmenter le claſſement dans les moteurs de recherches), j' étais alors purement et ſimplement contre nofollow comme contenu de l' attribut rel, mais cette hiſtoire m' a fait découvrir que rel="nofollow" (et donc, en tout logique également rel="follow", quoi que celui-ci n' eſt, hélas et tout du moins, non reconnu par les moteurs de recherches) peut être très utile ſi on le conçoit comme une individualiſation de meta name="robots" content="nofollow" — je n' ai mit ni <, ni > pour éviter d' avoir à choiſir une formulation étendue ou non du langage à élément hypertexte —, en effet, le fait de pouvoir mettre cet attribut avec un tel contenu à chaque éléments a voire à chaque éléments link permet d' indiquer aux moteurs de recherches de ſuivre ou non tel ou tel lien. par exemple:

<!DOCTYPE HTML PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01//EN" "http://www.w3.org/TR/html4/strict.dtd"> <html> <head> <meta charset="utf-8"> <meta name="robots" content="noarchive,index,nofollow"> <title>Index</title> </head> <body> <h1>Pages index</h1> <ul> <li><a href="presentation.htm" rel="follow">The preſentation of this webſite</a>,</li> <li><a href="deep_web_page.htm" rel="nofollow">The page hidden to web crawler and ſo to the ſearch engine</a>,</li> <li><a href="all_content_page.htm" rel="follow">The very long page (becauſe I can' t help making ſhort ſentences 😉) with all the important content to index in the ſearch engines</a>.</li> </ul> </body> </html>

Pour ce code, je ſuis partit d' une optique paranoïaque (tout en ſachant que ce ſerait naïf, mais j' y reviendrai), l' idée eſt d' avoir un élément meta indiquant de ne ſuivre aucun lien et en ſuite d' indiquer les liens qu' il faut quand même ſuivre, comme ça, les moteurs de recherches ne connaiſſant nullement rel="follow" ne ſuivrai (théoriquement) aucun liens, ce qui inclut celui qu' il ne faudrait en aucun cas ſuivre, en ſuite, pour ce dernier (et c' eſt là que c' eſt paranoïaque), j' ai ajouté un rel="nofollow" au lien qu' il ne faut en aucun cas ſuivre car je veux le cacher aux moteurs de recherches.

Comme je l' ai dit, tout cela eſt très naïf puiſque rien ne garanti qu' un moteur de recherche à l' honnêteté de reſpecter de tels codes, ſi vous voulez que des pages ſoit vraiment dans ce que l' on nomme le “réſeau profond”, il faut tout ſimplement refuſer de les lier et ne donner les liens que de façon privée (en évitant les adreſſe de courriers électroniques appartenant à de gros groupes commerciaux).

Après avoir lu une grande partie de la documentation me permettant d' écrire ce qui précède, fermement décidé à utiliſer rel="external" au lieux de class="external", je conſtate qu' en fait, j' utiliſe déjà une autre façon de faire (ce qui m' était complètement ſortit de l' eſprit) qui eſt tout auſſi bien que ne le ſerait la méthode ſuſmentionnée, à ſavoir les ſélecteurs de feuille de ſtyle en caſcade ſuivant (contenant un ſtyle qui permet de différencier les liens externe des liens internes):

a[href^="http://"]::after, a[href^="https://"]::after

Par facilité, j' ai laiſſé les choſes tel quel, de toute façon, cette méthode ou celle du rel="external", pour moi, c' eſt du pareil au même.

Mais, pour d' autres, cette dernière méthode pourrait ſ' avérer très pertinente, en effet, pour les ſites utiliſant pluſieurs ſous-domaines, voire à pluſieurs noms de domaines, le ſélecteur ſuſmentionné ne conviendrait nullement, dés lors, rel="external" prendrait tout ſon ſens, permettant non ſeulement de ſtyler les liens, mais également de diſtinguer ſémantiquement où ſont les limites de ſon ſite (ce qui, dans le cas des ſous-domaines pourrait ſe réſoudre par le fait que le nom de domaine eſt le même, encore que, un même nom de domaine peut contenir différents ſites, mais pour le cas des ſites à pluſieurs nom de domaines, ce ſerait des plus pertinent).

Commenter.

Premier plan-ſéquence

Commenter.

.htaccess vétérant

Passer complètement en UTF-8 est encore impossible dans certains cas, j'ai eu beau essayer AddCharset UTF-8 .htaccess dans le .htaccess lui-même, le contenu de la directive AuthName s'affichait en ISO-8859-1, le problème vient plus certainement des navigateurs que du serveur, mais qu'importe, le problème est là, la solution est simple: enregistrer le fichier .htaccess en ISO-8859-1, mais je me suis dit que je risquait d'oublier et d'un jour me demander pourquoi ce fichier est dans un tel encodage et d'en changer pour UTF-8 et risquer de ne plus pensé à l'AuthName, dès lors, j'ai ajouter (pour m'en rappeler): AddCharset ISO-8859-1 .htaccess, ce qui fait que les navigateurs, pour une fois dans le cas présent, interpréteront la requête correctement. Une partie du .htaccess en question ressemble donc à ceci:

<Files "protected_file.htm"> AuthName "Réservé aux occidentaux." AuthType Basic AuthUserFile "/usr/local/apache/passwd/passwords" require valid-user </Files> AddCharset ISO-8859-1 .htaccess AddCharset UTF-8 .css .htm .js .php

Commenter.